Articles marqués avec ‘Profoto’

L’envers du décor – Le club des studios Photos à Paris – édition 2013

Ecrit par Alexandre (Profoto) sur . Publié dans Actualités, Evenements

Affiche-Portes-ouvertes

Pour la 4e année consécutive, Profoto est partenaire de  « L’Envers du Décor »

Le club des Studios Photo à Paris vous ouvre ses portes le dimanche 24 novembre de 10h à 18h. Sept prestigieux studios photo de la capitale, se sont réunis, en 2008, sur une idée forte : les studios sont les partenaires incontournables de la création photo à Paris. Pourtant, cela reste une activité méconnue du grand public alors que leur savoir‐faire est reconnu par les photographes professionnels et les futurs talents.

Ne ratez pas l’occasion de faire découvrir l’envers du décor d’un ou plusieurs grands studios photo à votre famille, vos amis, vos proches.

ATTENTION LES STUDIOS LB ET ZERO N’OUVRIRONT FINALEMENT PAS LEURS PORTES.

Découvrez L’Envers du décor le dimanche 24 novembre 2013 de 10h à 18h dans les studios suivants :

 

Light Shaping Tool du mois : Le ZoomSpot

Ecrit par Alexandre (Profoto) sur . Publié dans Light Shaping tool du mois, Profoto

ZOOM-SPOT

© Andrea Belluso

Chaque mois nous choisissons de mettre en lumière un modeleur de la gamme Profoto. (Les précédents articles sont visibles ici). Ce mois-ci, nous avons demandé à Andrea Belluso de nous parler du ZoomSpot.

 

L’éclairage scénique est un élément fondamental pour la création de l’illusion au théâtre. La poursuite est probablement l’outil le plus reconnaissable de tous. Sa lumière particulière est utilisée pour suivre les acteurs sur scène ou pour projeter des motifs sur le fond, pour ne citer que deux exemples. Le ZoomSpot Profoto fonctionne d’une manière similaire. Mais ce n’est pas une source continue – c’est un flash.

 

Le ZoomSpot est donc une tête flash pour applications spécifiques qui créé une lumière dure et directe, pouvant être focalisée et modifiée en tous types de formes et de motifs. Equipé de deux lentilles mobiles pour augmenter ou diminuer la netteté des ombres, il dispose également d’un iris réglable pour ajuster le diamètre du spot projeté. Quatre couteaux inclus permettent de modifier la forme circulaire projetée en carré, triangle, rectangle…Le porte filtres et gobos vient compléter le tout et offre la possibilité de projeter presque n’importe quelle forme sur le fond ou le sujet.

 

« J’aime le ZoomSpot » raconte Andrea Belluso. « Ce n’est pas un outil que j’utilise tous les jours, mais pour certaines commandes, c’est tout simplement parfait. C’est un objet si ludique et amusant à travailler. Il faut expérimenter et on finit toujours par découvrir quelque chose de nouveau et excitant. »

Dans les coulisses de Profoto : Tommy Sundström

Ecrit par Manon Clavelier sur . Publié dans Les coulisses de Profoto, Profoto

© Andrea Belluso

Profoto est plus qu’une marque et une gamme de produits. C’est aussi un lieu où nous travaillons. Vous êtes-vous déjà demandé qui était derrière la conception de l’un ou l’autre de nos produits ? Cette série d’articles va vous permettre de les découvrir. Proposée par le blog global, voici son troisième épisode.

Bien que les produits Profoto aient un aspect et une ergonomie similaire depuis la fin des années 60, un grand nombre de changements ont eu lieu dans les coulisses. Un des plus important est la transition d’un fonctionnement mécanique à un fonctionnement numérique. En quoi cela consiste ? Tommy Sundström, ingénieur logiciel chez Profoto connait la réponse.

“Quand vous tournez un bouton sur un générateur aux commandes électro-mécaniques, vous repositionnez physiquement les composants et les éléments conducteurs à l’intérieur, dans le but de redistribuer la puissance. En revanche, dans un générateur à commandes numériques, il y a un processeur ou un micro-contrôleur qui interprète la position des boutons de réglage et indique aux semi-conducteurs comment répartir la puissance. En d’autres termes, vous ne bougez rien. Vous dîtes juste au processeur ce qu’il doit faire”.

Mis sur le marché en 2002, le D4 est le premier générateur à commandes numériques. Depuis, tous les générateurs de flashes, les monoblocs et les sources de lumière continue sont passés en commande numérique : le Pro-8, le D1, le Pro-B4, le ProDayLight, le ProTungsten, etc.

“On doit passer au numérique si on veut augmenter la flexibilité qu’offre le produit.” nous dit Tommy.  “C’est aussi nécessaire si l’on veut du réglage à distance. De plus, un générateur numérique permet de travailler avec des affichages plus pratiques et de mettre à jours les logiciels. Il y a aussi un tas de nouvelles idées excitantes sur lesquelles nous travaillons en ce moment et que nous n’aurions jamais pu imaginer si nous étions restés aux commandes électro-mécaniques. Mais celles-là sont toujours secrètes.”

 

 

Un générateur numérique a-t-il des inconvénients  ?

“Pas vraiment, excepté pour les générateurs les plus complexes. Mais ce n’est pas uniquement pour les générateurs de flashes. Pensez aux téléphones ou aux voitures d’aujourd’hui. Les vieilles voitures sont faites avec relativement peu de pièces qui sont assez faciles à assembler si vous savez comment faire. Une voiture moderne est incroyablement plus complexe, et assembler les pièces soi-même n’est pas une bonne idée. Il en va de même pour un générateur de flash moderne.”

Aujourd’hui que fait un ingénieur logiciel chez Profoto ?

“Pour faire court, je suis chargé de rendre les générateurs aussi facile à utiliser que possible. Chez Profoto, la philosophie de conception tend vers l’intuitif et la facilité d’usage, nous avons une grande histoire autour de ces valeurs. C’est quelque chose que je tente de faire  perdurer. Je ne pense pas que le manuel d’utilisation ait besoin d’être ouvert.
Pour être un peu plus précis, je suis responsable de la conception d’un système où les boutons de réglage, les composants électroniques et l’affichage fonctionnent ensemble de manière harmonieuse et efficace”

Pouvez-vous nous donner des exemples concrets d’un projet dans lequel vous vous êtes récemment impliqué ?

 “J’ai participé au développement de notre dernier générateur, le Pro-B4. Je suis vraiment heureux de la manière dont il a vu le jour. Le système entier a été conçu pour le rendre aussi efficace que robuste, et  je suis assez fier de ça. Si vous voulez un exemple encore plus concret, prenez l’indicateur de batterie sur le Pro-B4. Ça ne semble pas trop difficile, mais ce petit détail a été en fait très compliqué à mettre en place.”